Objets spécifiques

Article

Publié le 19 Janvier 2021

1/3 – Cet article qui aborde les thèmes de la présence, de la masse, et de la monochromie est le premier d’une série de trois.

Image VEI, 2021

Alors que l’idée de la présence joue un rôle central dans nombre d’œuvres d’art, l’impact d’un volume architectural en soi dans l’espace est peu questionné ; celui de volumes qui font l’espace non plus. Il en va ainsi pour l’architecture.

Objets spécifiques

Présence

La question de la présence, par sa matérialité, est inhérente à l’Architecture de plusieurs manières : 

  • Spatiale : la limite entre deux espaces est le fondement primaire de l’architecture, son degré zéro étant la limite entre l’intérieur et l’extérieur,
  • Administrative : l’architecture et l’urbanisme délimitent juridiquement, l’attendu minimum étant la limite entre le privé et le public,
  • Symbolique : L’architecture est un moyen de communication, pour témoigner de la puissance d’un monarque ou d’un régime, d’une technique ou au service du pouvoir public.

Mais la seule et simple présence architecturale, sans un message ou un symbole signifiant, n’est que peu questionnée. Pourquoi ? 

  • Penser et formaliser la présence pour elle-même est trop difficile ; nous décryptons et encodons le réel, mais nous ne savons par le saisir,
  • L’inutilité, fausse et illusoire, de cet exercice au quotidien dans la conception d’un projet architectural.
Glarus Copper Delta, Carl Andre, 2006

Alors que l’idée de la présence joue un rôle central dans nombre d’œuvres d’art, l’impact d’un volume architectural en soi dans l’espace est peu questionné ; celui de volumes qui font l’espace non plus. Il en va ainsi pour l’architecture.

Des « piles » de Donald Judd aux sculptures « plates » de métal posées au sol de Carl André en passant par les structures modulaires de Sol Lewitt ou encore au polyèdre chargé de mystère au sein de la gravure Melencolia de Dürer, il serait étrange et malvenu de chercher à justifier ces œuvres.

Ces œuvres sont de pures présences. Ce sont des fabrications chargées de leur nécessité et matérialité propres, qui agissent sur leur environnement.

Littéralement, l’objet, le volume est là.

Untitled, Donald Judd, 1970
Irregular Towers (L), Sol LeWitt, 1999
Melencolia I, Albrecht Dürer, 1514

La nature « fonctionnelle », « utile » et surtout « habitée » de l’architecture empêche la pure présence. Ce statut ne peut lui être accordé en totalité. D’où somme de critiques aisées sur la dimension formelle d’une architecture. C’est faible et insuffisant.

Reste que la présence des objets architecturaux et la manière dont ils agissent (indépendamment de leur utilité), en tant que volume dans l’espace, est bien réel.

C’est cette présence que nous avons questionnée pour notre projet de logements en 2018 (concours restreint en conception-réalisation pour 48 logements et 800m² de commerces à Garges-lès-Gonesse, quartier de la Dame Blanche).

Masse

Rappelons notre problématique : que faire quand un programme et un budget contraints ne permettent qu’une architecture compacte ?

Nous nous sommes saisis du principe de compacité, qui entraîne unité et simplicité, pour proposer une expressivité du projet dans sa massivité.

Nous avons concentré le bâti en deux pôles compacts, situés aux deux extrémités de la parcelle. Un « gros plot » doté d’un noyau central d’un coté, et un « chevron épais » et long, aux appartements traversants de l’autre.

Photo maquette VEI, 2018

L’appréhension de ces volumes donne le sentiment de la scission en deux parties d’une masse primordiale, comme dans ce travail de Niko Koronis. Le traitement unitaire et simple permet le lien entre les parties et le tout qu’elles forment.

NRT III, Niko Koronis, 2019

Monolithe / Monochrome

Récemment, des apparitions puis des disparitions, de plusieurs monolithes à travers le monde se sont produites.

Par-delà l’intrigue et la réjouissance de ces actions, l’engouement autour de ces formes minimales et monolithiques (écho fort à la scène inaugurale de 2001, l’Odyssée de l’espace), dit quelque chose de notre époque, dont Pacôme Thiellement parle en ces termes lors d’une émission sur France Culture :

2001, l’Odyssée de l’espace, Stanley Kubrik, 1968

[…] « Il s’agit de réimposer au sein d’un monde qui est quasiment condamné à la narration, la puissance non narrative de la poésie. C’est probablement ça qui fait la spécificité de l’apparition de ce monolithe […] » 

Émission Affaires en cours / France Culture / 01/12/2020

Nous avons voulu trouver dans notre projet trois caractéristiques fortes constituant la présence de ces deux masses monolithiques :

  • Une masse « résultante »
    • La forme comme résultat de l’application du PLU et des différentes fonctions internes (compacité économique),
  • Une masse « inertielle »
    • La question de la présence  qui agit sur son environnement,
  • Une masse « narrative »
    • La volonté de scénariser l’espace par le biais de cette présence forte.

La « masse » étant induite par une forme de mutisme des bâtiments, nous l’avons renforcée par un traitement monochromatique et jusqu’au-boutiste. Cette masse blanche immaculée ne se donne à voir qu’en tant que forme, non comme un assemblage d’éléments faisant architecture.

Nike Air Max 1, Nike / Tinker Hatfield, 1987

La Nike Air blanche est en ce sens parlante et nous a guidés en faisant office d’objet transitionnel. Elle renvoie à une « idée de sneakers », et non plus à un assemblage de pièces de cuir et de tissus de différentes couleurs, qui constituent habituellement la chaussure.

Ainsi, nous nous trouvons dans une neutralisation de la narration habituelle : nous sommes face à une puissance non narrative qui stimule les sens et l’émotion.

Prochain article : Scénarisation d’un milieu